État des maraudes et des dégâts de cultures liés aux éléphants à l’ouest du secteur de Djouroutou dans le sud-ouest du Parc National de Taï (Côte d’Ivoire)

F.A Ouattara, O Soulemane, A Nandjui, E.J. Tondoh

Abstract


Cette étude menée de septembre à novembre 2007 a pour objectif d’évaluer les dégâts de cultures par les éléphants afin d’atténuer ou de prévenir les conflits homme-éléphant dans une perspective de réduction de la pauvreté des populations rurales et de sauvegarde des populations résiduelles d’éléphants. L’utilisation d’un questionnaire a permis de collecter les avis des producteurs. Deux (2) placeaux (2000m x 500m) ont été installés dans la périphérie du Parc National de Taï (PNT) pour suivre et estimer les dégâts des éléphants. Le dénombrement des tas de crottes s’est déroulé sur 10 layons longs de 5 km chacun. La densité des tas de crottes a été estimée par le programme DISTANCE 4.1. Aucun dégât n’a été observé durant la période d’étude. Cependant, les enquêtes ont révélé leur importance entre 2002 et 2005 avec des proportions variant de 4 à 33,3%. Au total, 12 chefs d’exploitation sur 42 ont été victimes de dégâts de cultures causés par les éléphants et les pertes moyennes atteignent 13,7% de leur production agricole. La proportion de plaintes
des paysans enregistrées est faible (16,7%) et les méthodes de dissuasion pratiquées sont différentes d’un producteur à l’autre. La densité d’éléphant estimée dans la partie du Parc adjacente aux cultures, est de 1,1 ± 0,7 éléphants. km-2.

Keywords


Conflit homme-éléphant, Dégâts de culture, Densité de tas de crottes, Eléphant de forêt, Parc National de Taï, Secteur de Djouroutou

Full Text:

PDF


Powered by PostgreSQL Hosted by ibiblio Creative Commons License