Preliminary survey of forest elephant crossings in Sangha Trinational Park, central Africa

Authors

  • Karen Weinbaum
  • Zacharie Nzooh
  • Leonard Usongo
  • Melinda Laituri

Abstract

Wildlife corridors between protected areas play a critical role in maintaining genetic flow between increasingly isolated populations of many species. The importance of wildlife corridors for African savanna elephants (Loxodonta africana) has been well investigated. However, African forest elephants (Loxodonta africana cyclotis) are difficult to observe in dense tropical vegetation and much less is known about their ecology than about their savanna counterparts. The Sangha River forms an international border between Cameroon, Central African Republic and Republic of Congo and bisects the biologically rich transboundary Sangha River Trinational Conservation Area. The river serves as a primary route for human transportation and trade in the region, and therefore acts as a partial barrier to elephant movement between protected areas. We used a reconnaissance survey technique and dung counts combined with a GIS analysis to survey elephant crossings on the Sangha River. At present, radio-collaring elephants in dense forest is both logistically difficult and expensive, and therefore ground surveys provide a cheaper alternative method for identifying major elephant movement corridors. Results will contribute to a more targeted approach to anti-poaching patrol efforts in the transboundary area.

Additional key words: dung counts, reconnaissance survey, spatial autoregressive model, corridor

Les corridors pour la faune sauvage entre les aires protégées jouent un rôle critique dans le maintien d’un brassage génétique entre les populations de plus en plus isolées de nombreuses espèces. L’importance des corridors pour les éléphants de savane africains (Loxodonta africana) a déjà été bien étudiée. Cependant, les éléphants africains de forêt (Loxodonta africana cyclotis) sont difficiles à observer dans la végétation tropicale dense, et l’on en sait beaucoup moins sur leur écologie que sur celle de leurs homologues de savane. La rivière Sangha constitue la frontière internationale entre le Cameroun, la République centrafricaine et la République du Congo et donc coupe l’aire de conservation du Trinational de la Sangha qui est biologiquement très riche. La rivière est la principale voie de transport et de commerce dans la région et elle agit partiellement comme une barrière qui freine les déplacements des éléphants entre les aires protégées. Nous avons utilisé une technique d’étude par reconnaissance et le comptage des crottes combinés avec une analyse SIG pour étudier les traversées de la Sangha par les éléphants. Pour le moment, la pose de colliers radio à des éléphants dans la forêt dense est à la fois logistiquement difficile et coûteuse, et les investigations au sol sont une méthode alternative moins chère pour identifier les principaux corridors par où passent les éléphants. Les résultats vont contribuer à une approche plus ciblée des efforts de patrouilles anti-braconnage dans la zone transfrontalière.

Mots clés supplémentaires : Comptages de crottes, reconnaissance, modèle autorégressif spatial, corridor

Published

2007-12-31

How to Cite

Weinbaum, K., Nzooh, Z., Usongo, L., & Laituri, M. (2007). Preliminary survey of forest elephant crossings in Sangha Trinational Park, central Africa. Pachyderm, 43, 52-62. Retrieved from https://pachydermjournal.org/index.php/pachyderm/article/view/127

Issue

Section

Research