Consumption of elephant and mammoth ivory increases in southern China

Authors

  • Lucy Vigne
  • Esmond Martin

Abstract

China is the largest importer by weight of illegal ivory in the world (Milliken et al., 2009). In 2004, in order to reduce this illegal ivory trade in China, the government took steps for ivory to be sold with an official identification card for each item in the registered shops. China was then approved by CITES to buy tusks from the southern African ivory auctions in 2008; Chinese traders bought approximately 62 tonnes.

In January 2011 we surveyed ivory factories and retail outlets in Guangzhou, the largest city in southern China and an important ivory centre, and in Fuzhou, a city famous for carving. According to a factory owner in Fuzhou, in 2010 he paid USD 455/kg for government-owned 1-5 kg tusks. Similar privately owned ivory in 2010 cost USD 750/kg, according to various sources. High quality Siberian mammoth tusks were approximately USD 400/kg (wholesale) in 2010 in China.

In Guangzhou we counted 6,437 ivory objects (88% newer items) on display for retail sale, of which 3,947 were being sold without identification (ID) cards, which is illegal. There were 80 outlets selling ivory in Guangzhou, of which only eight displayed the compulsory ID cards. Since 2004 there has been a 50% increase in the number of ivory items for sale in Guangzhou. There were also 6,541 mammoth ivory items counted, mostly in specialty shops. Since 2004 there has been a 100% increase in the number of mammoth ivory items in Guangzhou. This is mainly due to an increasingly wealthy Chinese population, and favourable publicity about mammoth tusks. In Fuzhou, ivory demand is much lower; we counted only 282 ivory items (66% older pieces) in 39 outlets and none had ID cards. Mammoth ivory items numbered 100, mostly in one outlet.

Of all the elephant ivory items we counted in Guangzhou and Fuzhou, 63% did not have ID cards and were thus illegally on display. Recommendations to cut down illegal trade are given in this report.

Key words: Elephant, mammoth, ivory, China

La Chine est le plus grand importateur d’ivoire illicite dans le monde (Milliken et al., 2009). En 2004, afin de réduire ce commerce illicite d’ivoire en Chine, le gouvernement a pris des mesures pour que l’ivoire soit vendu avec une carte d’identification officielle pour chaque article dans les magasins enregistrés. La Chine a ensuite reçu l’approbation de la CITES pour acheter les défenses des ventes aux enchères de l’ivoire sud-africain en 2008; les commerçants chinois en ont acheté environ 62 tonnes.

En janvier 2011, nous avons enquêté auprès des usines et des points de vente d’ivoire à Guangzhou, la plus grande ville dans le sud de la Chine et un centre d’ivoire important et à Fuzhou, une ville célèbre pour la sculpture. Selon un propriétaire d’usine à Fuzhou, il avait payé USD 455/kg en 2010 pour les défenses d’entre 1et 5 kg appartenant au gouvernement. De l’ivoire similaire appartenant aux privés coûtait USD 750/kg en 2010, selon diverses sources. En 2010, les défenses des mammouths de Sibérie de haute qualité coûtaient environ USD 400/kg (en gros) en Chine.

A Guangzhou, nous avons compté 6.437 objets en ivoire (88% d’articles nouveaux) en vente en détail, dont 3.947 étaient vendus sans cartes d’identification, ce qui est illégal. Il y avait 80 points de vente d’ivoire à Guangzhou, dont seuls huit affichaient les cartes d’identification obligatoire. Depuis 2004 il y a eu une augmentation de 50% dans le nombre d’articles en ivoire en vente à Guangzhou. Il y avait aussi 6.541 articles en ivoire de mammouth comptés, surtout dans les magasins spécialisés. Depuis 2004 il y a eu une augmentation de 100% dans le nombre d’articles en ivoire de mammouth à Guangzhou. Ceci est principalement dû à une population chinoise de plus en plus riche, et une publicité favorable sur les défenses de mammouth. A Fuzhou, la demande d’ivoire est beaucoup plus faible, nous n’avons compté que 282 articles en ivoire (66% des pièces anciennes) dans 39 points de vente et aucun n’avait de carte d’identification. Les articles en ivoire de mammouth se chiffraient à 100 pour la plupart en un point de vente.

Parmi tous les articles en ivoire d’éléphant que nous avons comptés à Guangzhou et à Fuzhou, 63% n’avaient pas de cartes d’identification et donc étaient illégalement en vente. Dans ce rapport nous donnons des recommandations pour réduire le commerce illicite.

Published

2011-06-30

How to Cite

Vigne, L., & Martin, E. (2011). Consumption of elephant and mammoth ivory increases in southern China. Pachyderm, 49, 79-89. Retrieved from https://pachydermjournal.org/index.php/pachyderm/article/view/253

Issue

Section

Research