Growth characteristics of tusks of elephants in Kruger National Park

Authors

  • Ian J Whyte
  • Anthony Hall-Martin

Abstract

Two historic data sets on various tusk growth parameters were examined from African savanna elephants (Loxodonta africana) from the Kruger National Park (KNP), Republic of South Africa. Data were collected from a sample of 1,555 elephants culled randomly. In both data sets, the age and sex of the animal was known. In the first set, tusk mass, length, circumference and pulp cavity volume had also been recorded, while in the second, only tusk mass was recorded. Analysis of the data showed, as expected, significant differences between growth parameters of tusks in males and females. In males, tusks were significantly larger. Longitudinal growth in males was found to be constant throughout life, as was the expansion in circumference. Dentine was therefore deposited throughout life at an accelerating rate, resulting in accelerating mass increase in the tusks. In females, however, tusk growth apparently ceased at about 40 years of age. After this age, tusk circumference and length remained relatively constant while mass and length decreased, probably due to breakages and wear. The incidence of tusklessness and of single-tusked animals of each sex in the population was low, and the evidence suggests that the lack of tusks was mostly the result of accidental injury, not genetic inheritance. Estimates of the incidence of laterality showed that slightly more elephants were ‘right-tusked’ than ‘left-tusked’. These results from a large sample of elephants from KNP will contribute to understanding of differences among African elephant populations and the extent to which these are genetically and/or environmentally determined.

Deux jeux de données historiques regroupant différents paramètres de croissance de défenses ont été examinés chez des éléphants de savane d'Afrique (Loxodonta africana) du Parc National Kruger (PNK) en Afrique du Sud. Les données ont été recueillies sur un échantillon de 1.555 éléphants sélectionnés au hasard. Dans les deux ensembles de données, l'âge et le sexe de l'animal étaient connus. Dans un premier ensemble, la masse, la longueur, la circonférence et le volume de la cavité de la pulpe avaient également été enregistrés, alors que dans le second cas, seule la masse de défense était enregistrée. L'analyse des données a montré, comme prévu, des différences significatives de croissance des défenses entre les mâles et les femelles. Chez les mâles, les défenses étaient significativement plus grandes. La croissance longitudinale chez les mâles s'est avérée constante tout au long de la vie, tout comme l'expansion de la circonférence. La dentine s’est déposée tout au long de la vie à un rythme accéléré, entraînant une augmentation accélérée de la masse des défenses. A contrario chez les femelles, la croissance des défenses semble cesser vers l'âge de 40 ans. Après cet âge, la circonférence et la longueur des défenses sont restées relativement constantes, tandis que la masse et la longueur ont diminué, probablement en raison de casse et d’usure. L'incidence d’absence de défense et de défense unique pour chaque sexe était faible dans la population, et les preuves suggèrent que le manque de défenses résulte principalement d'une blessure accidentelle et non d'un héritage génétique. Les estimations d'incidence de latéralité ont montré que les éléphants étaient légèrement plus «droitiers» que «gauchers». Ces résultats obtenus à partir d’un large échantillon d’éléphants du PNK contribueront à la compréhension des différences entre les populations d’éléphants d’Afrique et à la mesure dans laquelle celles-ci sont génétiquement et/ou écologiquement déterminées.

Published

2020-07-14

How to Cite

Whyte, I., & Hall-Martin, A. (2020). Growth characteristics of tusks of elephants in Kruger National Park. Pachyderm, 59, 31-40. Retrieved from https://pachydermjournal.org/index.php/pachyderm/article/view/78

Issue

Section

Research